RSS

Vent de contestation de salariés dans des EHPAD vendéens

30 Juin

Plusieurs articles parus la semaine dernière dans le journal Ouest France abordent la situation des EHPAD vendéen vue par FO Santé qui s’inquiète des conditions de travail dans les maisons de retraite et pointe du doigt une « mauvaise gestion financière » et la réaction d’associations et du conseil général.

 « On en est à remplacer les remplaçantes », observe Aude Moinard, infirmière de Mareuil-sur-Lay. À Force Ouvrière Santé, les rangs s’étoffent ces dernières années. Infirmières et agents des services hospitaliers (ASH) arrivent, à bout de nerfs.

La situation devient très difficile dans les maisons de retraite (Ehpad). Centre hospitalier, territorial ou associatif, « les dégradations des conditions de travail sont notables dans la plupart des 150 établissements vendéens », alarme Patrick Bourasseau, responsable en Vendée

Effectifs réduits oblige, le personnel se trouve rappelé à la dernière minute pour combler les places vacantes. « Parfois, je termine à 21 h et on me demande d’enchaîner le lendemain, à 6 h », témoigne Peggy, infirmière à La Ferrière. Et si personne n’est disponible, « des ASH font le travail avec les infirmières. Sans rémunération compensatoire, ni diplôme adapté ! »

Elle aborde la « tension dans l’équipe » et les « onze burn out, l’an passé, dans un établissement voisin ». Signe d’un épuisement total. De leur côté les résidents pâtissent des conséquences. Douches tous les quinze jours, temps des toilettes réduits de moitié, repas express en quatre minutes. « La maltraitance devient monnaie courante », déplore-t-elle.

Un budget « mal géré »

À l’origine du problème : des économies budgétaires. Le ratio actuel se situe à 0,57 soignant par patient en centre hospitalier et entre 0,40 et 0,50 pour les Ehpad territoriaux. « Nous voudrions un soignant pour un patient », demande Patrick Bourasseau.

Les représentants de Force Ouvrière estiment que « le problème vient des financeurs. » Et ils pointent notamment le conseil général, essentiel pour débloquer la participation de l’État. « Le conseil général ne veut pas plus de 0,20 soignant par résident et, du coup, n’a pas investi son tiers », accusent-ils. Conséquence : 10 millions d’euros seraient revenus à l’Agence régionale de santé (ARS).

Alertée par le syndicat, l’ARS pousserait pour « débloquer la situation avec le conseil général », assure Patrick Bourasseau.

source : http://www.ouest-france.fr/ehpad-vent-de-contestation-des-salaries-2642793

 

Suite à l’article paru sur les conditions de travail dans les Ehpad en Vendée (lire Ouest-France du vendredi 20 juin), l’association des directeurs d’établissement et de services pour personnes âgées (Fnadepa) et l’association des infirmières référentes en Ehpad souhaitent réagir aux propos tenus par le syndicat Force Ouvrière. « Oui, le contexte économique est tendu, les budgets serrés, reconnaissent-ils. Oui, travailler au service des personnes âgées, c’est assurer un service public 24 heures sur 24. Oui, les conditions de travail sont difficiles, les ratios insuffisants. »

Les deux associations tiennent néanmoins à assurer que les moyens sont optimisés « pour un accompagnement digne. » Ils tiennent à préciser que « la maltraitance n’est pas monnaie courante, ce ne sont que des cas isolés, dénoncés par l’ensemble des professionnels de la gérontologie. »

Source : http://www.ouest-france.fr/ehpad-la-federation-reagit-aux-propos-du-syndicat-fo-2659369

Suite à l’article paru sur les conditions de travail dans les Ehpad en Vendée (édition Ouest-France du vendredi 20 juin), le conseil général souhaite réagir aux propos tenus par le syndicat Force Ouvrière. Pour rappel, les représentants du syndicat accusaient la « mauvaise » gestion des financeurs. Ils pointaient notamment « l’absence d’un tiers de financement du conseil général », essentiel pour débloquer la participation de l’État.

Le conseil général qualifie ces propos « d’inexacts, partiels et injustes ». Il rapporte que le montant de l’aide sociale versée aux résidents, « destiné à financer les soins et la prise en charge, correspond à 0,2 équivalent temps plein par résident et est fixé conjointement avec l’État ».

Le conseil général se défend quant aux plaintes du syndicat d’un manque de personnels. Ils se « contentent d’évoquer le niveau minimum d’emplois autorisés et financés, poursuit-il. Ce niveau (0,2 soignant par habitant) s’applique seulement à certains établissements dont les résidents ont un niveau de dépendance faible ». Il a tenu à préciser l’augmentation de sa participation en faveur des personnes âgées de « près de 3 millions d’euros cette année ».

Source : http://www.ouest-france.fr/ehpad-le-conseil-general-reagit-aux-propos-de-fo-2645780

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 juin 2014 dans Actu sociale, BTHE

 

Étiquettes : , , , , , ,

Réagir, demander conseil, transmettre une info, ou nous contacter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :