RSS

Fusion Korian-Medica : les élus dans l’expectative

23 Nov

Pour les Instances Representatives du Personnel (IRP), comment s’exprime la problématique soulevée par ce projet de fusion? Une problématique qui chez Korian est un sujet ancien.

d’après le site http://www.actuel-ce.fr/

« Si la naissance du groupe européen numéro un des maisons de retraite devrait séduire les marchés financiers, les salariés s’interrogent sur les conséquences de la fusion annoncée des entreprises Korian et Medica. Quel modèle social va choisir le nouveau groupe et n’y aura-t-il pas économies et suppressions d’emplois à la clé ? »

[…]

Les salariés, eux, sont encore dans l’expectative. « Nous venons d’avoir un comité d’entreprise et un comité de groupe. La direction nous a remis des documents sur l’opération que nous n’avons pas eu le temps de lire. Nous en saurons plus le 5 décembre », nous indique Cynthia Mouyombo, déléguée syndicale centrale CGT de Medica (30% des voix).

Chez Medica, un CE unique

[…] les élus pourraient demander au cabinet Syndex d’examiner la situation. […] Cynthia Mouyombo juge que le dialogue social est bon avec la direction. Sous-entendu : sera-ce toujours le cas demain après la fusion ? « Si le modèle social de Medica pouvait être généralisé chez nous, ce serait un moindre mal dans cette fusion », commente un élu de Korian.

Chez Korian, une multitude de sociétés

[…] En 2011 a eu lieu, à l’appel de la CFDT et de Sud, un débrayage des comptables
[…] le groupe est très dispersé avec de multiples établissements, l’entreprise ayant multiplié les acquisitions au fil des années. Et tous les établissements ne sont pas intégrés à un comité d’entreprise, comme c’est le cas pour le siège de l’entreprise, dans le 17e arrondissement à Paris. Il y aurait en effet une soixantaine de délégations uniques du personnel (DUP). « Le CE le plus important est celui de Medotels, dont le périmètre représente environ 2 000 salariés de maisons de retraite »
[…]

Pour sa part, la fédération Sud santé social prend l’exemple de l’établissement parisien du Champ de mars, dont les résultats au baromètre interne sur le taux de satisfaction « sont nettement inférieurs à la moyenne des autres Ehpad Korian » alors qu’il s’agit d’un des établissements du groupe dégageant les plus gros profits.

Quid de l’emploi administratif des deux sièges ?

Lundi, Yann Coléou, le directeur général du groupe Korian, a précisé aux Echos que le projet de fusion aurait « peu d’impact sur l’emploi ». Rassurant ? Pas vraiment aux yeux des salariés des deux sièges (Issy-les-Moulineaux pour Medica, et Paris pour Korian) qui redoutent des économies et des suppressions d’emplois lors d’un éventuel regroupement. « Le directeur général de Korian a laissé entendre que la fusion des deux sièges pourrait dégager 5 millions d’euros d’économies », nous indique un élu du personnel.

La question des IPR et des moyens syndicaux

Du côté de la CGT, on entend se montrer vigilant à l’égard de cette « opération boursière » : « Cette fusion devrait aller très vite : tout pourrait être calé pour la mi-février », souligne Anne Taquet, secrétaire générale de la fédération santé privée. Cette dernière s’inquiète notamment de la prise en compte des nombreuses filiales des deux entreprises. Mais aussi de la disparité des deux groupes s’agissant des instances représentatives du personnel. « Nous demanderons que soient négociés le périmètre des nouvelles IPR ainsi que les moyens syndicaux », prévient Anne Taquet. »

d’après http://www.fed-cfdt-sante-sociaux.org/content/fusion-de-korian-et-medica-france

Même la CFDT émet des réserves !

« la CFDT fera en sorte que tous ses élus et représentants obtiennent des réponses satisfaisantes à toutes les questions et inquiétudes liées à cette OPA.
Les futurs dirigeants ne se cachant pas de vouloir économiser 15 millions d’euros en particulier sur les fonctions supports et la réorganisation du ssr. La fédération CFDT santé sociaux sera particulièrement vigilante sur le versant de l’emploi et du respect des accords d’entreprise des différentes structures du futur groupe. »

Nous ajouterons à ces réserves et inquiétudes des différents élus et des syndicats que selon nous la politique menée par Korian depuis 2012 n’est pas un signe rassurant pour l’avenir des employés.

Certes le cours de l’action a monté mais le ras-le-bol des salariés aussi.

Nous croyons que la baisse des taux d’occupation depuis quelques mois, et notamment dans les établissements Medotels, serait  le contre coup de cette politique, d’une quête de profitabilité trop forte et de conditions de travail qui en conséquence comme nous l’avons souvent soulignés ne nous semblent pas favoriser la qualité du service.

Aussi, fusion ou pas, et à moins que de vrais changements sociaux de fond soient opérés, nous ne voyons pas comment éviter la grogne.

 

Étiquettes : , , , ,

Réagir, demander conseil, transmettre une info, ou nous contacter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :